Erreurs sur Grothendieck

Dans la foule d'informations qui nous assaille lorsqu'on se documente sur un sujet, comment savoir ce qui est exact ?
Concernant Grothendieck, la source la plus fiable me semble être la bibliographie de Wilhem Scharlau.
On trouve aussi des documents d'époque qui permettent parfois de trancher entre plusieurs versions des faits.

Je me suis limité à noter les erreurs provenant de sources censées être fiables, émanant de médias ou de gens qui ont pignon sur rue.

Communiqué de l'Elysée

On dépasse la langue de bois pour sombrer dans le mensonge et la réécriture de l'histoire.
Voici le communiqué :
Décès d'Alexandre Grothendieck

Publié le 14 Novembre 2014
Rubrique : Education, enseignement supérieur et recherche

Le Président de la République a appris la disparition de l’un de nos plus grands mathématiciens, Alexandre GROTHENDIECK.

Né en Allemagne en 1928, Alexandre GROTHENDIECK a été accueilli et caché en France alors qu’il était adolescent, pendant la Seconde guerre mondiale. C’est ensuite en France qu’il entreprendra ses travaux dans le domaine de la géométrie algébrique, notamment au CNRS et à l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques, dont il a grandement contribué à construire la réputation mondiale. Il a acquis la nationalité française en 1971.

Alexandre GROTHENDIECK était également une personnalité hors du commun dans sa philosophie de la vie.
Ce communiqué a été publié sur une page qui n'existe plus, mais qui a été sauvegardée 27 fois sur archive.org, entre le 28/11/2014 et 27/04/2017.

Le principal mensonge est dans le mot accueilli : Grothendieck est arrivé à Paris en mai 1939, où il a rejoint ses parents qui revenaient de la guerre d'Espagne. Ils ont peu après été arrêtés. Son père (Sascha Schapiro) a été interné au camp de concentration du Vernet (Ariège), d'où a été déporté à Auschwitz et assassiné en août 1942. Alexandre Grothendieck et sa mère ont été internés dans un autre camp de concentration, à Rieucros (Lozère). A la fermeture du camp, sa mère a été au camp de Gurs (Tarn). Grothendieck a été au Collège Cévenol de Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire).
Voila ce que François Hollande et ses communiquant(e)s appellent "accueil".

Un pays dont on ne connaît que le nom (Pierre Cartier)

Ce texte contient des inexactitudes dans le paragraphe "Éléments d’une biographie", ce qui est assez surprenant de la part d'un mathématicien qui a à la fois connu Grothendieck et sa mère.
Ces inexactitudes ont déjà été signalées à par différents auteurs ; je me suis borné à lister les différences entre les versions de Pierre Cartier et de Wilhem Scharlau.

Journal de France-Culture du 14 novembre 2014 à 12h30

On trouve deux erreurs dans le reportage de Mathieu Laurent :
Ils laissent leur fils dans le sud de la France entre 1934 et 1939 pour aller combattre en Espagne
C'est en Allemagne et non dans le sud de la France que Grothendieck a été laissé, entre décembre 1933 et mai 1939.

Dans le commentaire de Antoine Mercier :
Il refusera la médaille Fields en 1966 pour l'offrir au peuple vietnamien.
Il a accepté la médaille Fields mais a refusé d'aller la chercher en URSS (il a d'ailleurs par la suite qualifié d'erreur l'acceptation de la médaille Fields). C'est le prix Crafoord qu'il refusé en 1988.