Perches de la yourte - Chantier

Voir aussi
Perches : plans


Au début, je comptais acheter des tasseaux 4 x 4 cm en douglas, mais j'ai visité une yourte avec des vraies perches rondes, et c'est vraiment plus beau.
Les yourtes de 6 - 7 mètres que j'ai vu ont au moins 50 perches mais je décide de n'en faire que 40, plus grosses ; l'expérience a montré que c'était suffisant.
Je démarre un peu tard dans la saison pour couper du bois car la montée de sève a commencé, mais tant pis, il y a plein de pins ici, et je trouve un voisin qui me laisse couper des petits pins bien droits.

3 avril 2007 : je fais un premier essai de coupe : 9 perches ; ne sachant pas de quelle épaisseur je vais avoir besoin, je récupère les pins entiers ; la plus grande perche que je ramène fait 9 m 30 ! Certaines perches sont vraiment lourdes.

4 avril : un copain nettoie un coin de bois et me propose de récupérer les petits pins qui ne servent à rien (ils sont destinés à être broyés) ; je ramène 15 perches.

Les deux fois, j'ai oublié l'appareil photo dans les bois. A couper, c'est facile à la tronçonneuse, la plus dur est de les sortir de la forêt.
Les pins sont gavés de résine ; une perche de 10 cm de diamètre a une couronne de 1,5 cm de zone sombre, gorgée de résine.
On les écorce à la plane. La résine perle, et parfois saute au visage. L'écorçage est un gros travail, que je fais le plus vite possible, pour leur laisser le temps de sécher. En allant vite, je laisse quelques bouts d'aubier, en me disant que je fignolerai plus tard ; c'est une erreur, car en séchant, ça devient très dur à enlever alors que ça part facilement lorsque le bois vert.
J'ai marqué chaque perche pour voir comment le bois coupé à différents endroits va évoluer.

9 avril : je retourne en forêt pour récupérer des perches restées sur place, et je pense à prendre des photos.
Au passage, un champignon sur un pin
Début juin : toutes les perches sont écorcées et coupées. En séchant, elles sont devenu beaucoup plus légères.
Je les taille au bout pour qu'elles puissent se ficher dans la couronne. Je fais des trous de 42 mm de diamètre dans la couronne, et je taille les perches à 38 mm, pour qu'elle puissent s'encastrer facilement et pour ne pas être embêté par le bois qui peut gonfler avec l'humidité. Je pensais que tailler les perches serait long et difficile, mais avec une disqueuse et un disque à lamelles, c'est finalement assez simple.
Je les troue à la perceuse, pour pouvoir passer les ficelles qui vont les fixer au treillis, et pour pouvoir attacher la bâche verticale. Je fais ça sans conviction, mais à l'usage, ça s'est avéré très utile. Je fais aussi des trous supplémentaires, près de l'endroit où les perches se fichent dans la couronne, et vers le milieu. Les trous près de la couronne se sont avérés utiles lors du montage, car au début tout était branlant, et les perches tombaient. Grâce à ces trous, j'ai pu attacher les perches les unes au autres, ce qui évitait de se les prendre sur la tête...
Dernière opération : le traitement ; j'ai monté la yourte sans les avoir traité, et on voyait chaque jour des capricornes monter le long du treillis. Du coup, j'ai démonté le toit pour les traiter. J'ai utilisé un produit, le "Wood Bliss", qui minéralise le bois, rendant la cellulose impropre à la consommation par les xylophages (voir http://galtane.com/). Pour le traitement, j'ai fait une sorte d'abreuvoir pour pouvoir les tremper.
J'ai respecté ce qui est dit dans la doc (traiter en deux applications) ; ce qui m'inquiète, c'est que, après avoir remonté les perches traitées, je chope encore des capricornes sur les perches. Mais je n'en ai vu aucun pondre. Donc à surveiller...